La radio numérique terrestre (RNT)

  1. Quelle technologie pour quels avantages ?
  2. Quelle est l’offre disponible en Fédération Wallonie-Bruxelles ?
  3. Et pourquoi pas la radio numérique sur internet ?
  4. Qu'est-ce que la radio hybride ?
  5. Qu’en est-il de la radio analogique sur la bande FM ?

Quelle technologie pour quels avantages ?

Comme pour la télévision numérique terrestre, la diffusion de la radio se fait par multiplexage, c’est-à-dire que plusieurs stations de radio sont diffusées sur un seul canal de 1,5 MHz de large. Cela permet de mutualiser les coûts de transmission et d’utiliser les mêmes émetteurs et les mêmes sites d’antenne pour tous les services.

Actuellement, la norme utilisée en Belgique est le DAB (Digital Audio Broadcasting). Le DAB+, une évolution du DAB, traite la compression du son de manière plus efficace et permet donc de diffuser plus de programme sur un même canal. En plus des mêmes propriétés que le DAB/DAB+, il existe aussi la norme DMB qui permet la diffusion de vidéos.

Qualité de réception et qualité sonore
La radio numérique ne présente pas les problèmes de brouillages rencontrés fréquemment chez nous en FM. En effet, la diffusion numérique permet d’utiliser autant d’émetteurs que nécessaire pour couvrir un territoire et ce sur la même fréquence. Cette possibilité s’appelle le SFN pour Single Frequency Network. Par ailleurs le son, exempt des brouillages bien connus de la FM, peut être d’excellente qualité, en fonction de la bande passante allouée à chaque service. Ainsi pour les programmes musicaux, le débit peut-être élevé et la qualité sonore en conséquence.

Données associées
Il est possible d’ajouter au flux audio une série d’informations sous forme de textes, d’images fixes ou de vidéo (dans le cas du DMB). On cite souvent en exemple l’info-trafic, les grands titres de l’actualité ou la météo. Par ailleurs, la possibilité d’avoir des données associées peut être utilisée pour constituer un guide électronique des programmes à l’image de ce qui se fait sur la télévision numérique.

Extension de l’offre
L’optimisation de l’usage du spectre est également une grande qualité de la numérisation car on occupe moins de capacité pour une qualité de son identique, voire supérieure. Cette rationalisation permet donc d’offrir plus de chaînes, réparties de manière plus équitable sur tout le territoire de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Pour avoir un ordre de grandeur, les capacités permettent d’offrir 30 à 40 stations partout en Fédération Wallonie-Bruxelles (l’offre serait en partie différenciée au niveau des provinces). Parmi ces services, certains seront donc exclusifs à la plateforme numérique.

Thèmes : numérique, DAB/DAB+, DMB, RNT 

Voir aussi ...

Pour plus d'information

Contactez , +32 (0)2 349.58.71

Haut de page

Dernière mise à jour le 14 septembre 2016

Quelle est l’offre disponible en Fédération Wallonie-Bruxelles ?

Actuellement, seules les chaînes du service public sont diffusées en numérique hertzien (en DAB depuis 1999). Mais ceci est sur le point de changer. En effet, depuis environ un an, un consensus a émergé au sein du secteur pour lancer la radio numérique et le CSA a entamé des discussions à ce sujet avec la RTBF et les radios privées. En parallèle, le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles réfléchit à un système pour la financer et la promouvoir.

Concrètement, la norme DAB+ serait utilisée car elle est plus performante que l’actuel DAB utilisé par la RTBF, que les nouveaux récepteurs numériques pourront toujours recevoir. Des tests de diffusion sont en cours depuis décembre 2010 afin de déterminer quels débits audio pourraient être utilisés dans le cadre d’une offre globale mais aussi de définir quelle est la bande passante nécessaire pour diffuser des images couleurs.

Thèmes : radio, numérique, DAB/DAB+, RNT 

Voir aussi ...

Pour plus d'information

Contactez , +32 (0)2 349.58.71

Haut de page

Dernière mise à jour le 14 septembre 2016

Et pourquoi pas la radio numérique sur internet ?

La radio sur internet, aussi appelée radio sur IP, présente également bien des avantages. A l’inverse des technologies de radiodiffusion classiques (qu’on appelle aussi technologies broadcast) qui sont à sens uniques, l’internet permet l’interactivité. De plus, contrairement aux services transmis sur les ondes hertziennes, considérées comme ressources rares et donc accessibles à un nombre restreint de stations, créer une radio sur internet est accessible à tous et peut être très bon marché. L’offre de service n’y est pas limitée et il existe de nombreux répertoires de webradios accessibles en ligne ou sur l’interface des radios wifi. Sur ces répertoires il est possible de chercher les radios sur base du leur genre et/ou style musical, du pays d’origine de la radio ou de la langue… Les répertoires stockent également les liens vers les podcasts afin d’accéder facilement à tous les podcasts disponibles d’une émission.

Ceci étant, contrairement à la FM ou à la radio numérique terrestre, l’accès aux radios sur internet n’est pas gratuit pour les utilisateurs. En effet, ils doivent disposer d’une connexion internet. Cela pose de gros problèmes, surtout en réception mobile, où l’écoute de la radio via les réseaux de données (comme le réseau 3G) n’atteint pas la qualité offerte par les technologies broadcast pour un coût de connexion encore prohibitif. D’autre part, là où les technologies de radiodiffusions hertziennes qui desservent tout le monde sans distinction sont parfaitement anonymes, la réception de la radio sur IP est traçable, permettant ainsi de pister les utilisateurs pour leur adresser des contenus ciblés, comme par exemple de la publicité. Enfin, la question de la neutralité de l’internet est pertinente concernant la radio sur IP : les fournisseurs d’accès sont des intermédiaires incontournables qui ont la faculté de ralentir ou bloquer les flux des radios de manière arbitraire, par exemple celles qu’ils considéreraient comme concurrentes ou avec lesquelles ils n’auraient pas conclu d’accord commercial.

Thèmes : radio, numérique, internet 

Voir aussi ...

Pour plus d'information

Contactez , +32 (0)2 349.58.71

Haut de page

Dernière mise à jour le 14 septembre 2016

Qu'est-ce que la radio hybride ?

La radio hybride désigne la radio émise sous différentes technologies et sur différentes plateformes, concrètement cela se présente sous forme d'une coexistence des technologies broadcast et des technologies broadband (internet large bande).

Les technologies ne sont pas concurrentes mais complémentaires. La radio numérique terrestre garantit une diffusion robuste, pour tous, gratuite et anonyme, tandis que la radio sur internet donne accès à n’importe quelle webradio dans le monde et, surtout, permet l’interactivité. C’est ce postulat qui a inspiré le concept de radio hybride, qui combine les technologies broadcast, pour la diffusion du signal sonore, avec les technologies IP, pour la diffusion des données associées (images, textes…).

Il existe un standard ouvert, le RadioDNS, qui a été créé par un consortium de radiodiffuseurs et de manufacturiers. Il prévoit qu’un récepteur de radio numérique équipé aussi d’une connexion internet puisse faire le lien entre une station de radio numérique terrestre et son nom de domaine sur internet pour enrichir l’expérience de l’auditeur avec les données associées et autres invitations à interagir que propose cette station via internet. En plus de ce qui est possible sur le DAB+ (diaporamas, guide électronique de programme…), les applications actuellement développées au niveau de RadioDNS concernent le marquage de favoris (ou « tagging ») et le partage des données sur les réseaux sociaux. Par ailleurs, comme le développement d’applications n’est pas propriétaire, les radios pourraient proposer des services exclusifs et personnalisés.

Thèmes : radio, numérique, DAB/DAB+, RNT, internet 

Voir aussi ...

Pour plus d'information

Contactez , +32 (0)2 349.58.71

Haut de page

Dernière mise à jour le 14 septembre 2016

Qu’en est-il de la radio analogique sur la bande FM ?

En Fédération Wallonie-Bruxelles, le cadastre des fréquences est assez dense et il devient très difficile de dégager de nouvelles fréquences, limitant ainsi grandement la possibilité de créer de nouveaux projets radiophoniques ou d’étendre les couvertures des radios qui le souhaitent. La solution à cette saturation passera par la radio numérique, conçue dès le départ pour assurer des couvertures bien plus larges, c'est-à-dire à l’échelle des provinces ou à l’échelle de toute la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Contrairement à la télévision, il n’y a pas encore de date planifiée par l’Union Internationale des Télécommunications (UIT) pour l’extinction de la diffusion analogique sur la bande FM. La date butoir de 2020 est souvent avancée, mais sans certitude. Pour le moment des dates d’extinction commencent à être avancées dans certains pays d’Europe comme la Norvège ou le Royaume-Uni.

Thèmes : radio, numérique 

Voir aussi ...

Pour plus d'information

Contactez , +32 (0)2 349.58.71

Haut de page

Dernière mise à jour le 14 septembre 2016

Si vous n'avez pas trouvé la réponse à votre question ou si vous avez besoin d'un complément d'information, n'hésitez pas à contacter le service de médiation.